NUMERATION FORMULE SANGUINE

Intérêt Clinique

Synonymes - Mots Clés

Synonymes :

  • NFSP – CBC – Hémogramme

Mots Clés :

  • Hématologie – Hémoglobine – Hématocrite – Globules rouges
  • Formule leucocytaire – Globules blancs
  • Numération Plaquettaire – Plaquettes
  • Lame périphérique  

Définition :

Examen de laboratoire le plus demandé en pratique quotidienne

Il apporte des renseignements sur les types et le nombre de cellules dans le sang : Globules rouges (GR), Globules blancs (GB), Plaquettes.

  • Ce sont des cellules anucléeesqui contiennent l’hémoglobine, la protéine qui transporte l’oxygène des poumons vers tous les tissus du corps
  • On étudie le nombre de GR, la quantité d’hémoglobine dans un volume donné de sang ainsi que l’hématocrite qui est le volume occupé par les GR dans un volume donné de sang
    • VGM : Volume Globulaire Moyen : c’est le volume moyen de chaque GR: il est exprimé en fentolitres ou en µ3
    • TCMH : Teneur Corpusculaire Moyenne en Hémoglobine : c’est le poids de l’Hémoglobine contenue dans chaque GR : elle est exprimée en g/L
    • CCMH : Concentration Corpusculaire Moyenne en Hémoglobine : c’est le volume occupé par l’hémoglobine dans chaque GR : elle est exprimée en pourcentage
  • Ce sont des cellules nucléees contenues dans le sang qui sont chargées de protéger l’organisme contre l’infection par les micro-organismes étrangers comme les bactéries, les champignons et les virus; certains leucocytes sont responsables de la sécrétion d’immunoglobulines
  • On distingue cinq types de leucocytes circulant normalement dans le sang, chacun présentant des fonctions différentes :
    • les polynucléaires neutrophiles
    • les polynucléaires éosinophiles
    • les polynucléaires basophiles
    • les lymphocytes
    • les monocytes
  • Dans la formule sanguine, on calcule le nombre et le pourcentage de ces différentes cellules : l’augmentation ou la diminution d’un de ces types cellulaires ou la présence de cellules anormales ou immatures donne des informations qui aident à diagnostiquer certains types de pathologies hématologiques
  • Ce sont les plus petites cellules retrouvées dans le sang
  • Elles jouent un rôle très important dans les mécanismes de coagulation du sang
  • Leur comptage aide au diagnostic d’un trouble de la coagulation ou d’une maladie hémorragique

Pré-analytique et Dosage :

Conditions de prélèvement :

Aucune

Expression des résultats :

GR : en millions / mm³

GB : en milliers / mm³

Plaquettes : en  milliers / mm³

Prélèvement :

Sang veineux

Rendu du résultat: 

Le jour même

Interprétation des résultats :

Valeurs de référence

EnfantFemmeHomme
Globules rougesen mm33 500 000 - 5 300 0003 600 000 - 5 000 0004 200 000 - 5 400 000
Hémoglobine en g/dL11.5 - 1512 - 1614 - 17
Hématocrite en %34 - 4536 - 4842 - 52
TCMH en pg24 - 3626 - 3426 - 34
CCMH en %31 - 3632 - 3632 - 36
VGM en fl75 - 9875 - 9880 - 98
Globules blancsen mm35 000 - 8 0004 000 - 9 0004 000 - 9 000
Neutrophiles en %30 - 5045 - 6045 - 60
Eosinophiles en %0 - 30 - 30 - 3
Basophiles en %0 - 10 - 10 - 1
Lymphocytes en % 35 - 5525 - 4025 - 40
Monocytes en %2 - 52 - 52 - 5
Plaquettesen mm3150 000 - 300 000150 000 - 300 000150 000 - 300 000

Variations physiologiques

  • L’hémoglobine est élevée à la naissance (jusqu’à 21 g/dL);
  • elle chute progressivement jusqu’à l’âge de 6 mois puis elle augmente pour atteindre les valeurs de l’adulte à l’âge de 3 ans
  • Le VGM est élevé à la naissance (aux alentours de 108 fl), il diminue progressivement pour atteindre les valeurs adultes vers l’âge de 3 mois

  • Le nombre est très élevé à la naissance (peut atteindre 18 000 GB/mm3).
  • Il baisse dans les mois qui suivent pour atteindre les valeurs de l’adultes vers l’âge de 3 ans
  • Les neutrophiles augmentent au cours des infections bactériennes
  • Les éosinophiles augmentent en cas d’infection parasitaire ou d’allergie
  • Les lymphocytes augmentent en cas d’infection virale

  • Le nombre de plaquettes est stable durant toute la vie

Variations pathologiques

Globules rouges

  • Polyglobulie :
    • Il faut y penser devant :
      • Chez la femme : un hématocrite > 47% et une hémoglobine > 16 g/dL
      • Chez l’homme : un hématocrite > 54% et une hémoglobine > 17 g/dL
    • Il y a des signes cliniques évocateurs : céphalées, vertiges, bourdonnements d’oreille, érythrose faciale et des extrémités, thrombose vasculaire
    • Les causes peuvent être :
      • primitives : c’est un syndrome myéloprolifératif appelé Maladie de Vaquez
      • secondaires : Hyperproduction d’EPO, tumeur rénale, hépatique ou utérine

  • Anémie :
    • Il s’agit d’une diminution du taux d’hémoglobine dans le sang circulant qui peut être dûe à différentes causes :
      • saignement, déficit en fer, déficit en acide folique, défaut de fabrication de la moelle,…
    • On définit l’anémie par :
      • Chez le nouveau-né : hémoglobine < 14 g/dL
      • Chez l’enfant de moins de 6 ans : hémoglobine < 11 g/dL
      • Chez la femme et l’enfant de 6 à 14 ans : hémoglobine < 12 g/dL
      • Chez la femme enceinte : hémoglobine < 11 g/dL
      • Chez l’homme : hémoglobine < 13 g/dL
    • On peut classer les anémies en fonction du VGM et de la TCMH en anémie microcytaire, anémie normocytaire, anémie macrocytaire
    • Les signes cliniques communs à toutes les anémies sont dus à un défaut de transport de l’oxygène jusqu’aux tissus ce qui entraîne une hypoxie tissulaire qui se manifeste par : asthénie, céphalées, vertiges, bourdonnements d’oreille, dyspnée d’effort, pâleur cutanéo-muqueuse

Globules blancs

  • Leucocytose :
    • Il s’agit d’une augmentation du nombre de polynucléaires qui peut affecter l’ensemble des polynucléaires ou une lignée spécifique
    • Quand il s’agit des polynucléaires neutrophiles, on parle de polynucléose,
    • quand il s’agit des polynucléaires éosinophiles on parle d’éosinophilie
    • et quand il s’agit des lymphocytes, on parle de lymphocytose
    • Les causes sont multiples : infection, allergie, allergie médicamenteuse, parasitose, leucémie aigue ou chronique

  • Leucopénie et neutropénie :
    • Il s’agit d’une diminution du nombre de globules blancs qui peut toucher l’ensemble des polynucléaires ou une seule lignée
    • Quand la leucopénie touche les polynucléaires neutrophiles on parle de neutropénie : c’est la plus fréquente et la plus grave des leucopénies
    • Les causes sont multiples : Neutropénies toxiques ou médicamenteuses, infectieuses, associée à la polyarthrite rhumatoïde ou encore à des maladies hématologiques (leucémie aigue,..)

Plaquettes :

  • Thrombocytose :
    • Définie par un nombre de plaquettes > 500 000/mm3
    • Les causes sont : splénectomie, maladies infectieuses ou inflammatoires ou thrombocythémie essentielle
    • Elle peut se manifester d’emblée par une thrombose

  • Thrombopénie :
    • Les causes les plus fréquentes sont : CIVD, infection, maladie auto-immune, cause médicamenteuse
    • Définie par un nombre de plaquettes < 50 000/ mm3
    • Elle se manifeste par :
      • un Purpura  
      • ou par des ecchymoses


Questions fréquentes :

1. Y a-t-il des signes d’alerte en cas de baisse anormale de l’hémoglobine ?

Certains signes avant-coureurs sont à type de fatigue, d’évanouissement, de pâleur (décoloration de la peau), d’essoufflement ou de bourdonnements d’oreille.

2. Quelles sont les fonctions des différents types de globules blancs ?

  • Les Polynucléaires Neutrophiles, leucocytes les plus nombreux, sont des « phagocytes » – c’est-à-dire qu’ils « mangent » les micro-organismes et les tuent en produisant des substances toxiques. Ils sont importants dans le combat contre les infections dues aux bactéries et aux champignons.
  • Les Lymphocytes sont des « tueurs » de l’infection plus spécifiques, et des régulateurs de la réponse immune. Ils agissent contre tous types d’infections (bactériennes, virales, fongiques, parasitaires). Leur dysfonctionnement peut avoir un rôle dans les allergies et les maladies auto-immunes (comme la polyarthrite rhumatoïde ou le lupus).
  • Les Monocytes sont, comme les polynucléaires neutrophiles, des cellules phagocytaires, qui sont efficaces contre les infections bactériennes ou par des champignons.
  • Les Polynucléaires Éosinophiles augmentent lors de réactions allergiques et d’infestations parasitaires.
  • Les Polynucléaires Basophiles contrôlent les processus d’inflammation. Ils augmentent dans certaines pathologies du sang et certaines intoxications.

3. Existe-t-il des symptômes reliés à une diminution ou à une augmentation des plaquettes ?

L’apparition spontanée d’hématomes, de saignements de nez, de la bouche ou du rectum, une petite plaie qui ne s’arrête pas de saigner dans un délai raisonnable, la survenue sous la peau de petites hémorragies cutanées de couleur rouge violacée allant de la taille d’une pointe d’épingle (pétéchies) à quelques millimètres de diamètre (purpura), peuvent indiquer le présence d’une diminution des plaquettes circulantes.

4. Quels sont les risques encourus en cas d’augmentation ou de diminution des plaquettes ?

L’augmentation du nombre de plaquettes peut conduire à la formation de caillots sanguins (thromboses), tandis que leur diminution fait courir le risque d’hémorragies importantes.